COPYRIGHT © 2013-2021 Charente Périgord (le blog) ; Tous droits réservés.

Tous textes publiĂ©s sur ce "BLOG" sont et deviennent la propriĂ©tĂ© du blog Charente PĂ©rigord, Ă©tant Ă©crits et publiĂ©s par nous, sous notre nom de domaine et ne peuvent ĂȘtre diffusĂ©s ou rĂ©utilisĂ©s sans le consentement des blogueurs administrateurs et propriĂ©taires de Charente PĂ©rigord (https://www.charenteperigord.fr/ ou  https://www.facebook.com/charenteperigord/).

Le BLOG, oĂč sont diffusĂ©es tous nos articles, Ă©tant existant depuis 2013, appartient au dit blog "https://www.charenteperigord.fr/" et ses propriĂ©taires administrateurs, qui sont, par consĂ©quent, les Ă©diteurs des textes dĂ©posĂ©s librement sur ce dit blog, selon les articles du code de la propriĂ©tĂ© intellectuelle. Les textes diffusĂ©s ne peuvent donc ĂȘtre supprimĂ©s et/ou rĂ©utilisĂ©s sur une autre plateforme ou moyen de diffusion sans le consentement des administrateurs-Ă©diteurs de ce blog.

Nous Ă©crivons nous-mĂȘme nos textes et publions nos propres photos. Nous privilĂ©gions l'Ă©criture ou la rĂ©Ă©criture sous forme de paraphrase, afin d'Ă©viter tout problĂšme de droits d'auteurs. Nous pouvons aussi reprendre des morceaux de textes ou d'articles de d'autres sites ou de WikipĂ©dia, pour illustrer ou appuyer nos articles. dans ce cas, nous nommons les auteurs et mettons des liens vers les textes d'origine afin de respecter le droit d'auteur, sans oublier que l'information d'un sujet n'a pas de propriĂ©tĂ© intellectuelle. Si toutefois cela dĂ©range, merci de nous contacter, au prĂ©alable, car nous savons que nous avons 1 mois, aprĂšs avoir Ă©tĂ© prĂ©venus, pour retirer les parties qui vous appartiennent, si c'est le cas et si cela vous dĂ©range d'ĂȘtre utilisĂ©s comme source.

  • Noir Facebook IcĂŽne
  • Noir IcĂŽne Instagram
  • Noir Twitter Icon
  • Noir IcĂŽne YouTube
  • Gris Facebook IcĂŽne

📖 Le patois charentais


Cet article concerne les particularismes du langage des anciennes provinces de Saintonge, d'Aunis et d'Angoumois encore prĂ©sent en Charente, en Charente-Maritime, dans le sud des Deux-SĂšvres, le sud de la VendĂ©e et le nord de la Gironde. Il existe des mots communs aux deux Charentes, une unitĂ© linguistique mais de nombreuses variantes soit de terme soit de prononciation. Le saintongeais a fortement influencĂ© l'acadien et en consĂ©quence, par “ricochet”, le cadien; quant au quĂ©bĂ©cois, il a Ă©tĂ© influencĂ© par les parlers tels que le normand, le francien et le saintongeais.

Présentation

Aire linguistique du Saintongeais

On appelle saintongeais (patouĂȘ saintonjhouĂȘ, jhabrail), la langue vernaculaire parlĂ©e dans les anciennes provinces d'Aunis, Saintonge et Angoumois. On l'appelle aussi le charentais. C'est une langue d'oil.

Son aire couvre tout le département de la Charente-Maritime, l'ouest et le centre du département de la Charente, le nord du département de la Gironde avec son Pays Gabaye et ses enclaves saintongeaises autour de Monségur; est également concernée la partie aunisienne (sud Vendée) et saintongeaise (sud Deux-SÚvres) du Marais poitevin.

Aujourd'hui, le saintongeais n'est plus guĂšre parlĂ© que dans les campagnes. On le trouve encore dans des spectacles, des revues, des Ă©missions de radio. Certains mots issus du saintongeais sont encore utilisĂ©s dans la rĂ©gion. Des mots comme la since (serpillĂšre) sont si rĂ©pandus qu'ils peuvent ĂȘtre considĂ©rĂ©s Ă  tort comme des mots de français.

  • Une association, la SEFCO (SociĂ©tĂ© d'ethnologie et de folklore du centre-ouest), fait encore vivre la langue rĂ©gionale Ă  travers une revue, le Subiet (sifflet en charentais), publiĂ©e tous les deux mois.

  • La revue Xaintonge est publiĂ©e, quant Ă  elle, deux fois par an. Ses articles sont soit en saintongeais, soit en français.

  • Le grand promoteur du parler charentais fut au dĂ©but du XXe siĂšcle le "barde saintongeais" GoulebenĂ©ze, relayĂ© par Odette Comandon, auteur de comĂ©dies et de contes, actrice et conteuse patoisante.

Prononciation

  • Le digramme 'jh' indique que le [ʒ] du français standard (orthographiĂ© <j> ou <ge>) se prononce en saintongeais [h] (fricative glottale n'existant pas en français contemporain, mais existant notamment en anglais). Par exemple : « mojhĂšte » se prononce [mohet], « parlanjhe » se prononce [parlɑ̃h].

  • Le son « ien » est prononcĂ© « eun » ; par exemple, « un cheun » pour « un chien », « un reun » pour « un rien ».

  • [wa] peut se prononcer [e] : par exemple « droit » devient « drĂ© ».

  • Le r est lĂ©gĂšrement roulĂ© [r].

  • Le i est lĂ©gĂšrement ouvert. Ex: « utile » se prononce [utĂ©l].

  • Chez bon nombre de locuteurs, le Ă© ouvert [ɛ] n'existe pas. Il est remplacĂ© par le Ă© fermĂ© [e] dans toutes les positions, mais seulement en syllabe fermĂ©e. Ainsi « lait » devient [lĂ©], « paisible » devient [pĂ©zib]. Par contre le ĂȘ ou Ăš (en syllabe ouverte) est lĂ©gĂšrement exagĂ©rĂ© et diphtonguĂ©; ainsi « crĂšme » se prononce [kraɛm], « Marennes » se prononce [maraɛn].

Grammaire

  • La tournure interrogative « est-ce que » + proposition assertive, majoritaire en français parlĂ©, est pratiquement absente, au profit de l'inversion du sujet.

  • La conjugaison de nombreux verbes au prĂ©sent se fait par l'adjonction du suffixe [ĂŁ] (ant) au radical Ă  toutes les personnes.

  • La conjugaison de nombreux verbes au passĂ© se fait en employant l'auxiliaire « avant » suivi du participe passĂ© du verbe Ă  toutes les personnes.

Quelques mots toujours utilisés

  • '(H)arnat : Jarnac

  • Acertainer : affirmer

  • Ajace ou ajhasse ou "ageasse": pie (l'oiseau)

  • Affaire : truc

  • Asteur ! : LittĂ©ralement, A cette heure !, mais cette interjection a le sens que le locuteur veut. Comme le "tĂ©" ou le "peuchĂšre" occitan. Asteur est un mot fondamental en charentais, et pourtant on le retrouve un peu partout en France, jusqu'en Belgique et au Canada mĂȘme.

  • Baignassout : touriste qui ne frĂ©quente que la cĂŽte.

  • Balerit : faucon crĂ©cerelle. EmployĂ© aussi pour dĂ©signer l'Ă©pervier (l'oiseau).

  • Barrer la porte, fermer Ă  clef. vient des anciennes fermetures fermĂ©es avec une barre intĂ©rieure

  • Battre : le temps des batteries, de battre "taper". Donner manuellement ou mĂ©caniquement des chocs pour extraire le grain de son enveloppe aprĂšs la moisson

  • BenĂšze ou beun'aise : heureux, bien-aise, le fait de se sentir bien.

  • Bespagne : maĂŻs (dĂ©formation de blĂ© d'Espagne ?).

  • Beugner ou Bugner : Cogner

  • Beurgot : Le frelon

  • Beurouette : brouette

  • Binloin : Saintongeais qui a quittĂ© la rĂ©gion mais qui y reste toujours trĂšs attachĂ©; vocable inventĂ© Ă  partir de surnoms de patoisants

  • Bique : chĂšvre

  • BoisillĂ© : dĂ©signe le saintongeais de l'intĂ©rieur des terres, par opposition au cul salĂ©.

  • Bordoirer, beurdouĂ©rer : Ă©taler, salir

  • Bots : sabots

  • Boueux : Ă©boueurs

  • Bouillard : pluie

  • Bouiner : faire, "boutiquer" . Qui qu'tu bouines ? Qu'est-ce tu fais Qu'est-ce que tu "boutiques"? S'adresse Ă  quelqu'un de lent, qui traĂźne. Ce mot est aussi utilisĂ© en normand, oĂč il a la mĂȘme signification.

  • Bourre ou bourrier : (masc., poussiĂšre). DĂ©signe plus particuliĂšrement le tas de poussiĂšre lorsque l'on passe le balai.

  • Buffer : souffler, respirer fort, venter

  • Cagouille : l'escargot Petit-Gris. Les charentais sont souvent appelĂ©s cagouillards. L'escargot est emblĂ©matique de la Charente. De plus, la supposĂ©e lenteur des charentais, telle celle de l'escargot, est proverbiale.

  • Cassotte : rĂ©cipient avec manche tubulaire pour servir de l'eau en la puisant dans un seau

  • Chaline : se dit d'un temps orageux avec Ă©clair de chaleur

  • ChĂ©ti ou ChĂ©ty: du latin captivus, prisonnier de guerre, mais alors que le français chĂ©tif retient la misĂšre physique, le charentais dĂ©crit par lĂ  le blagueur, la canaille, mĂ©chant, l'habile qui prend parfois des libertĂ©s avec la morale. D'oĂč des formulations Ă©tonnantes comme te vla donc grand chĂ©ty

  • Cheun : chien

  • Coluche : canard, cane (coluchon: jeune canard)

  • Cougnat, le cougnat : Cognac, le cognac

  • Couniller : Ne rien faire, tourner en rond, comme un lapin (occitan: conilh). Qu'est-ce que tu "counilles"? S'adresse Ă  quelqu'un qui traĂźne, qui hĂ©site.

  • Coutia : Un couteau

  • Crocheter : accrocher

  • Cul salĂ© : terme de français rĂ©gional dĂ©signant un habitant du littoral de la Saintonge (en rĂ©fĂ©rence aux marais salants)[2] ; en saintongeais, l'on parlera plus volontiers de Thiu salĂ©

  • DĂąil : une faux

  • DĂ©badigouler : dire, Ă©noncer sans trop comprendre ce qu'on dit et/ou sans qu'on vous comprenne. " DĂ©badigouler la grand messe" : dire la messe.

  • DĂ©baucher : quitter le travail le soir (et Embaucher pour commencer le travail le matin)

  • De mĂȘme : de cette façon, comme ça, exemple: ça marchera bien de mĂȘme; cela fonctionnera bien de cette façon

  • Le drĂŽle et la drĂŽlesse : Le fils et la fille (mot que l'on retrouve en occitan : drĂČlle signifiant « enfant » dans cette langue). Par extension, un drĂŽle ou une drĂŽlesse sera un garçon ou une fillette, en gĂ©nĂ©ral.

  • Éloise : Ă©clair — « Coum ine Ă©loise » (« comme un Ă©clair ») est la devise des sapeurs-pompiers de la Charente-Maritime.

  • Éloiser : (intraduisible car aussi bien Ă©clairage par Ă©clats qu'action rapide) O Ă©loise, ça Ă©loise : Des Ă©clairs dĂ©chirent le ciel, il y a de l'orage. Éloiser est Ă©galement utilisĂ© en Charente dans le domaine du football pour dire : dĂ©gager et pour un vĂ©hicule qui dĂ©marre trop rapidement.

  • Embaucher : aller travailler — « j'embauche Ă  huit heures et je dĂ©bauche Ă  cinq heures ».

  • Fillatre : le petit-fils

  • Frairie : fĂȘte foraine

  • Friquet : Ă©cumoire.

  • Garouil : maĂŻs.

  • Faire godaille : Faire chabrot, c'est-Ă -dire mettre du vin (blanc ou rouge) dans le reste de bouillon de soupe

  • Garrocher : Jeter

  • Gassouiller jouer avec l'eau d'une bassine ou d'une flaque, Ă©clabousser. On dit aussi sagouiller ou cassouiller. Gassouille: flaque

  • Goret : porc, cochon et Gorette pour une truie ( voir aussi une "treue"). L'emploi se doit d'etre suivi de "sauf vout' raspect" si non le mot est insultant

  • Goule : visage, bouche (une fine goule : un gourmet)

  • GoĂ»nasse : Faible goĂ»t.

  • GoĂ»nassier ou gougnafier : mauvais cuisinier, plus largement personne sans intĂ©rĂȘt, un goujat.

  • GrĂąler : brĂ»ler, cramer, en cuisine. - griller

  • Grignou : Clochard, personne sale ou Ă  l'hygiĂšne douteuse. Être habillĂ© en grignou : mettre de vieux vĂȘtements usĂ©s, pour aller ramasser les cagouilles, par exemple.

  • Grolle : corbeau

  • Guetter : surveiller que quelqu'un ne le prenne pas. "Tu me guettes mes affaires ?"

  • i : je

  • Jho ou gheo : coq

  • Jobrer : asperger, salir

  • Jhouque : perchoir Ă  volaille.

  • Mardoux et mardouze : ...

  • Marienne : la sieste ( de "mĂ©ridienne" )

  • Migheot ou Mighet : Pain trempĂ© dans du vin sucrĂ© avec des glaçons (non) , remplaçant la soupe l'Ă©tĂ©.

  • Mongettes , mojhettes ou mogettes : (Ă©galement en VendĂ©e), parfois prononcĂ© « moyette » : Haricot blanc de type lingot ou soisson (« mogette piate », plate). Mogette en aiguille : haricot vert ou beurre.

  • Mouiller : pleuvoir

  • O : il, elle, ça ; « o l'est » peut signifier « je suis »,oĂč donc? « tu es », « il/elle/c'est »

  • Ol'est : c'est :

  • Ol'est ben vrĂš : C'est trĂšs exact, c'est trĂšs vrai.

  • Ol'est beun : C'est bon

  • Ol'est mouĂ©, OlĂ© touĂ©: C'est moi, c'est toi.

  • QuĂ©tou qu'ol'est ? : Qu'est-ce que c'est ?

  • QuĂ© qu'ol'est thieu ? Qu 'est ce que c'est que ça ?

  • NĂątre : teigneux, mĂ©chant. Prononcer Ă  peine le r. (NĂątretĂ© = mĂ©chancetĂ© sournoise)

  • Nigher : inonder, noyer

  • Palisse : une haie

  • Piarde : une pioche

  • Poche : sac papier d'abord et maintenant plastique. Poche est français

  • Que, quel : pour dire ce ou cette. Exemples: As-tu vu que drĂŽlesse !, Donne-moi quel objet lĂ -bas !

  • Queunia : Ɠuf factice destinĂ© aux poules pondeuses.

  • Querreux : recoin, alcĂŽve, cours commune

  • Quichenotte : coiffe traditionnelle pour le travail aux champs. Si la lĂ©gende fait de son nom une dĂ©formation de l'anglais Kiss not, il semble plus probable qu'elle trouve son origine dans le terme occitan Queissonoto (littĂ©ralement : « petite caisse »). Ce nom dĂ©signe Ă©galement une coiffe traditionnelle du Limousin, la Caissonata

  • Ranger : tenir, dans le sens « ĂȘtre suffisamment petit pour entrer dans un contenant » — « ça va jamais ranger son affaire ! » (« il n'arrivera pas Ă  ranger son truc »)

  • Reun, Rien "y'a reun"

  • Since : serpillĂšre

  • Sincer : passer la serpilliĂšre (laver par terre)

  • TantĂŽt : l'aprĂšs-midi

  • Tartasser : bavarder inutilement ( ex : tartasser toute la marienne darriĂšre les umias, soit : bavarder pendant l'heure de la sieste derriĂšre les ormeaux )

  • Teurtous: tout le monde - tous

  • Treue : truie. Une " treue gouriniĂšre" : une truie pleine. Peut aussi ĂȘtre utilisĂ© comme injure. Tout ce qui touche au cochon peut ĂȘtre une injure s'il n'est pas prĂ©cisĂ© "sauf votre respect" ou "avec le respect que je vous dois"....

  • Treuil : pressoir (dans de nombreux lieux-dits : Treuil-Arnaudeau, Treuil-Bernard
)

  • VĂ©que : viens - VĂ©que par qui... = viens par lĂ ...

  • Veye : verbe voir - veye-lo quequi (regarde-le celui-lĂ )

  • Zou : Ce, Ceci, Cela

Expressions

  • o m'fait tort ou O fait tort : ça me fait bizarre («bizarre» est dans un sens nĂ©gatif avec une sensation physique de mal aise comme la craie qui grince sur le tableau ou le toucher de certains matĂ©riaux...) On dit aussi par endroits O m'fait zir.

  • ol'est la poĂ«le qui se fout du chaudron : c'est l'hĂŽpital qui se moque de la CharitĂ©

  • ol'est pas Ă©cartable : vous ne pouvez pas vous perdre

  • d'aprĂšs que : apparemment

  • de rang : d'affilĂ©e, Ă  la suite

  • un froid de cheun : un froid de canard (de chien)

  • ĂȘtre enfondu : ĂȘtre mouillĂ©

  • on est rendu : on est arrivĂ©

  • qu'est-ou qu'ol'est qu'cheu ? ou QuĂ©tou qu'olĂ© ? : Qu'est-ce que c'est ?

  • ne pas se moucher avec un dail : ĂȘtre un peu « mĂ©galo » : A's'mouche pas avec un dail ! = elle est bien fiĂšre.

  • " Abeurnoncieau !" ( "ab renoncio", extrait du rituel batismal : "Je renonce Ă  Satan, etc.") expression marquant l'horreur (modĂ©rĂ©e...) ou le dĂ©goĂ»t.

  • " Ah ben couillon ! " marquant plutĂŽt la surprise voire, l'admiration.

  • "Aille donc !" : c'est pas possible, c'est n'importe quoi

  • " o fi' d'garce!" : exclamatif (une garce est une petite jeune fille, sans aucun caractĂšre pĂ©joratif, une belle garce est jolie, bien roulĂ©e )

Et les compliments Ă  l'envers (en forme de litote):

  • "il a oubliĂ© d'et' sot"

Controverse

Une polĂ©mique entre tenants du saintongeais et tenants du poitevin-saintongeais a rĂ©cemment dĂ©frayĂ© la chronique et vient d'ĂȘtre tranchĂ©e. Le dossier du saintongeais a Ă©tĂ© examinĂ© par Mme Simoni-Aurembou avant d'ĂȘtre acceptĂ©. Mme Simoni est directrice de recherche au CNRS et c'est parce qu'elle a donnĂ© son accord que la DĂ©lĂ©gation aux langues de France a reconnu, le 27 fĂ©vrier 2007 le saintongeais comme langue de France distincte du poitevin.

Se basant sur les Ă©tudes du XIXe siĂšcle ayant mis en Ă©vidence l'unitĂ© linguistique (relative) de l'ensemble linguistique d'entre Loire et Gironde, des poitevins et des charentais crĂ©Ăšrent dans les annĂ©es 1970 le terme poitevin-saintongeais pour dĂ©signer ce qu'ils souhaitaient promouvoir comme la langue rassemblant parlers poitevins et parlers saintongeais. C'est la position de Liliane Jagueneau, professeur de poitevin-saintongeais et d’occitan Ă  l’universitĂ© de Poitiers.Elle Ă©crivait en 1994 « Tout d’abord le poitevin-saintongeais correspond aux cinq dĂ©partements de Poitou-Charentes-VendĂ©e, auxquels s’ajoute une partie du nord de la Gironde, le pays gabaye. [
] les points du domaine poitevin-saintongeais sont suffisamment proches dans l’analyse (distance linguistique faible) pour ĂȘtre considĂ©rĂ©s comme formant un ensemble cohĂ©rent. Il n’apparaĂźt pas en effet de partition entre la VendĂ©e et le Poitou-Charentes, ni entre l’ensemble de la façade maritime et l’intĂ©rieur, ni entre le nord et le sud». La linguiste, Brigitte Horiot spĂ©cialiste des parlers d’entre Loire et Gironde (Pays de Retz, Poitou, Aunis, Saintonge, Angoumois, nord Gironde), rĂ©gion concernĂ©e par l’Atlas linguistique du CNRS dont elle a assurĂ© la publication, Ă©crivait en 1995 : « La description linguistique du domaine de l’ALO met en Ă©vidence l’existence entre Loire et Gironde d’un domaine linguistique important, forgĂ© par sa situation gĂ©ographique et par son histoire, et dont la particularitĂ© est d’ĂȘtre une marche entre le Nord et le Midi, entre les pays bretons et la rĂ©gion du Centre. »

Pour les locuteurs du Saintongeais, le Poitevin-Saintongeais est une invention d’universitaires Poitevins pour les besoins de la crĂ©ation de la rĂ©gion Poitou-Charentes. Le terme poitevin-saintongeais a donc Ă©tĂ© crĂ©Ă© dans les annĂ©es 70 par des Charentais et des Poitevins soucieux de donner une nouvelle impulsion Ă  la langue poitevine. Le nouveau terme "poitevin-saintongeais" devait ĂȘtre le terme de l'union. Une langue dans laquelle les Saintongeais, pas plus que les Poitevins ne se reconnaissent. Aucune Ɠuvre littĂ©raire dans cet idiome Ă  part un dictionnaire et une grammaire.

Il est à noter que le poitevin-saintongeais n'apparaßt plus dans la liste des langues de France, langues d'oïl, depuis début 2007, sur le site de la Délégation générale à la langue française et aux langues de France (DGLF), service du MinistÚre de la Culture.

Pour la DGLF, « Il va de soi que l’appellation “poitevin-saintongeais” garde toute sa lĂ©gitimitĂ© partout oĂč elle est reçue».


1,405 Ansichten0 Kommentare
1/1
  • Noir Facebook IcĂŽne
  • Noir IcĂŽne Instagram
  • Noir Twitter Icon
  • Noir IcĂŽne YouTube
  • Gris Facebook IcĂŽne

DESTINATION

LE PÉRIGORD CHARENTAIS | en sud-charente

&

LE SUD-CHARENTE

Le Sud-Charente EST le joyau du département de la Charente. Il possÚde une partie du Périgord, oublié de nos jours, et cache de nombreuses richesses à découvrir.

Les chĂąteaux, les lagons, les Ă©glises, les vignobles, les Ă©crivains et la gastronomie...

Terres d'héritages, le Sud-Charente Périgord saura vous ravir et vous transporter dans un univers inédits de richesses et de fertilités historiques abondantes, baignés dans une nature reposante et généreuse.

51535851_1141990155983962_77350295465288
LE PÉRIGORD CHARENTAIS
&
LE SUD-CHARENTE | terres d'héritages
151872690_3787603694660937_7593181883167
L'Ă©glise monolithe d'Aubeterre

“DĂ©couvrez la plus grande Ă©glise monolithe d'Europe, creusĂ©e entiĂšrement dans la roche. Vous serez hypnotisĂ©s !”

— Sud-Charente, PĂ©rigord Charentais

IMG_20190717_165623_edited.jpg
Les lagons bleus de Guizengeard

“Les lagons bleus du Sud-Charente sont de vĂ©ritables merveilles de la nature. La promenade est Ă  couper le souffle !”

— Sud-Charente

1/1
IMG_20200725_135257_edited_edited.jpg
LE PÉRIGORD | Ă  travers le temps
  • Noir Facebook IcĂŽne
  • Noir IcĂŽne Instagram
  • Noir Twitter Icon
  • Noir IcĂŽne YouTube
  • Gris Facebook IcĂŽne

DESTINATION

LE PÉRIGORD  | en dordogne

Le Périgord en Dordogne est d'une beauté exceptionnelle. Jamais nous ne pourrons nous en lasser. des chùteaux, des églises, des villages troglodytes, des gouffres, une gastronomie extra, et des paysages à couper le souffle.

La Dordogne PĂ©rigord est un diamant dans un Ă©crin de nature façonnĂ© par l'Homme depuis la prĂ©histoire Ă  nos jours. Une pĂ©pite du monde, une perle de la nature. Tout y est prĂ©sent pour vous en mettre plein la vue et vous permettre de vous Ă©vader et d'oublier vos soucis le temps d'un moment complice, d'une balade nature et de dĂ©couvertes extraordinaires.

“Le village de la Madeleine, un village troglodyte d'une beautĂ© exceptionnelle. Vous serez happĂ©s par la beautĂ© du site.”

— Dordogne, PĂ©rigord noir

illustration-accueil-3.jpg
PĂ©rigueux

“PĂ©rigueux, capitale du PĂ©rigord. Une ville ancienne qui cache bien des trĂ©sors Ă  dĂ©couvrir. Sensations garanties Ă  travers les ruelles.”

— Dordogne, PĂ©rigord blanc

2007_09_18_31_perigueux_blick_auf_st.fro
Le village de la Madeleine
1/1
  • Noir Facebook IcĂŽne
  • Noir IcĂŽne Instagram
  • Noir Twitter Icon
  • Noir IcĂŽne YouTube
  • Gris Facebook IcĂŽne

DESTINATION

LE CHARENTE | depuis 140 millions d'années

La Charente est un dĂ©partement qui a Ă©tĂ© longtemps boudĂ© par le tourisme. Pourtant, elle recĂšle de trĂ©sors inestimables qui pourront vous faire tourner la tĂȘte.

Mais aujourd'hui, elle sort de l'ombre en révélant ses plus beaux atouts naturels, historiques et d'héritage. Possédant une partie du Périgord, la Charente saura briller de nouveau à travers son histoire et ses richesses qui vous permettront de découvrir les plus beaux monuments classés, sites historiques et spots natures depuis plus de 140 millions d'années.

new-zealand-1805939_1920.jpg
CHARENTE | Ă  travers les Ăąges
DSC_0059_edited.jpg
Coriobona
village Gaulois

“Le village gaulois qui vous fera remonter le temps et dĂ©couvrir une Ă©poque fascinante Ă  travers cette superbe reconstitution d'un oppidum.”

— Charente, Esse

IMG_20200722_171725.png
La maison natale de François Mitterrand

“La maison natale de François Mitterrand, Ă  Jarnac, saura vous transporter dans le temps et partager la vie du PrĂ©sident.”

— Charente, Jarnac

1/1

Cuisine du terroir

LES RECETTES

GĂąteau noix/bananes PĂ©rigourdin

Tarte tatin aux cĂšpes et aux noix

Poulet de Barbezieux au foin des Charentes

Les cagouilles Ă  la Charentaise

Le grillon de porc Charentais

94568064_548623872466079_869304425842212
poulet-au-foin.jpg
cagouilles-002.jpg
91084074_218293412617172_737590674513199
1/1

ForĂȘt comestible

LES PLANTES SAUVAGES COMESTIBLES

Les nĂšfles

Les cynorrhodons

hip-692694_1920.jpg
1/1
  • Noir Facebook IcĂŽne
  • Noir IcĂŽne Instagram
  • Noir Twitter Icon
  • Noir IcĂŽne YouTube
  • Gris Facebook IcĂŽne

LECTURE

LÉGENDES ET VÉRITÉS | les aventures de nathan doyle

BientĂŽt ...

légendes et vérités 3.png
28058726_1640783276009667_51630974977245

Photo : © Florence Chevalier / Coiffure : © David, pour Charente Périgord

  • Noir Facebook IcĂŽne
  • Noir IcĂŽne Instagram
  • Noir Twitter Icon
  • Noir IcĂŽne YouTube
  • Gris Facebook IcĂŽne

MÉTIER 

COIFFURE  | un univers pluriel

Moi, David, un des blogueurs de Charente PĂ©rigord, je suis coiffeur depuis 17 ans. J'aime mon travail et je cherche toujours Ă  expĂ©rimenter et dĂ©couvrir toutes les facettes de mon mĂ©tier. En 2017, j'ai eu l'occasion de coiffer pour l'Abri Cro-Magnon, aux Eyzies-de-Tayac-Sireuil, en Dordogne PĂ©rigord noir. Une aventure bĂ©nĂ©vole, humaine et pleine d'amitiĂ©s, oĂč LoĂŻc jouait aux photographes pour nous.

La coiffure est un monde qui Ă©volue tout le temps. Les chignons, les ombrĂ©s hair, les coupes, les couleurs. J'ai travaillĂ© chez les plus grands noms : Alexandre de Paris, Biguine Paris, Haute coiffure Française, etc...

logo-abri-cromagnon.png
  • Noir Facebook IcĂŽne
  • Noir IcĂŽne Instagram